SEJOUR

Trajet

Décollage de Roissy pour Londres à 12h20, on nous sert dans l'avion un wrap à manger c'était pas mauvais, je ne me souviens pas ce qu'il y avait dedans.

Ensuite, atterrissage à Londres et là pour les contrôles de sécurité c'est le grand jeu et il faut percuter très vite car c'est l'usine (bientôt, il faudra se mettre à poil, mais bon c'est pour notre sécurité).

Le temps de se rhabiller, il faut trouver le terminal pour l'embarquement pour New York. On découvre qu'il faut prendre une sorte de métro pour se rendre dans un autre terminal. Juste le temps de passer aux toilettes et on embarque à nouveau. Bien sûr, au détour d'un couloir, refouille du sac à dos, on a de la chance d'autres sont obligés d'enveler à nouveau leurs chaussures.

Dans l'avion, on a le choix entre du poulet et des lasagnes. On prend des lasagnes qui ne sont pas mauvaises du tout. Plus tard, on aura encore un wrap, bref c'est du gavage.

Petite précision, dans notre avion en classe tourisme, il n'y a pas de prise électrique alors qu'il y en a chez Lufthansa ( d'après nos amis qui ont volé avec cette compagnie). C'est pratique pour charger le portable quand on regarde des films. 

Atterrissage à JFK, par mal chance un avion atterrit juste avant nous, donc 1h30 d'attente à l'immigration pour prendre nos empreintes.

Nous avions réservé une navette pour l'hôtel par www.supershuttle.com pour 14 euros par personne. Bien sûr, nous ne trouvons pas tout de suite où nous devons prendre la navette, je suis obligé de me servir de mon anglais approximatif et l'on me dit qu'il faut que j'aille au guichet qui se nomme GROUND TRANSPORTATION. Ca va, il est juste derrière nous.

Nous donnons à la personne au guichet l'imprimé comme quoi nous avions payé notre navette pour l'hôtel et elle passe un coup de fil à la société. Et puis nous attendons 3/4 d'heure, alors faudra repasser pour leur rapidité vantée dans leur site. Mais c'était eux ou 45 dollars de taxi ou le bus mais nous ne voulions pas prendre le bus car on voulait pas prendre le métro que nous ne connaissions pas avec les valises.

La navette arrive, enfin, nous donnons le carton que l'employée du guichet nous avait donné au chauffeur et nous mettons nos valises à l'arrière du van.

Le van est plein, je monte à l'avant. La climatisation de la voiture est à fond, nous découvrirons plus tard que c'est une constante ici. Le chauffeur est pas sympa du tout, il refuse que nous filmions l'arrivée à New York.

Enfin, nous arrivons à l'hôtel.